123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

vendredi 15 octobre 2010

Arêtes de Rochefort (Mont-Blanc)



     Considérée comme assez difficile, cette sortie emprunte une arête exposée qui débute au pied de la Dent du Géant et se termine par l’ascension rocheuse de l'Aiguille de Rochefort (4001 m). Cette course située à la frontière italienne m’avait été chaudement recommandée voici quelques années par un guide des Contamines, à juste titre car elle est véritablement de toute beauté. Le tracé a comme point de départ le refuge Torino atteint la veille en empruntant d’abord le téléphérique Monte Bianco, puis un long escalier sous-terrain.  Ancienne base militaire de l’armée italienne, l’abri est quelque peu lugubre mais ce caractère est heureusement compensé par la beauté du paysage extérieur. Pour effectuer cette sortie, je m’étais fait déposer, en descendant du Col du Petit Saint-Bernard, à La Palud, situé à quelques encablures du Tunnel du Mont Blanc du côté italien. Bien que nous ayons opté pour un jour de semaine et en fin de saison, plusieurs cordées avaient choisi cet itinéraire. En saison, il est fréquent que l’on doive assister à un vrai défilé, avec tous les inconvénients que cela génère …

La Dent du Géant et les arêtes, depuis le refuge Torino

    La course s’est déroulée dans les meilleures conditions possibles et sous un franc soleil. On commence par traverser le plateau du Géant en prenant Nord-Est en direction de la Dent du même nom. On remonte ensuite les pentes de neige qui permettent d’accéder à un éperon rocheux que l’on gravit pour atteindre la base de la Dent, côté Sud. On suit alors vers l'Est l’arête neigeuse qui est par endroits très effilée. On poursuit jusqu'à un relais équipé d’une corde fixe qui permet de redescendre de quelques dizaines de mètres pour rejoindre l’arête située en contrebas. On atteint alors le pied de l’Aiguille que l’on escalade jusqu’au sommet (4001 m) avant de repartir en sens inverse pour regagner le plateau. Le retour vers Chamonix a ensuite été effectué en empruntant la télécabine depuis la Pointe Helbronner en direction de l’Aiguille du midi et en profitant ainsi du somptueux paysage de la Vallée Blanche qui s’étendait sous nos pieds et jouir au final du spectacle offert par les 3 Monts (Tacul, Maudit et Mont Blanc). Sans aucun doute, un des meilleurs souvenirs d’alpinisme …

D'autres photos de cette course sont proposées ici.

Septembre 2008