123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

jeudi 24 mai 2012

Caroux-Espinouse (Haut-Languedoc)


       Une fois n’est pas coutume, c’est dans le Haut-Languedoc que nous avons usé nos semelles en ce mois d’avril, espérant y trouver un climat plus favorable. En vain, car nous avons eu droit à la grisaille qui couvrait l’ensemble du pays à cette période. Mais peu importe, les diverses randonnées effectuées dans le Massif du Caroux nous ont permis de découvrir les particularités de la flore locale soumise à une double influence climatique : atlantique et méditerranéenne. On y retrouve donc, selon le versant, une végétation qui présente d’étranges similitudes avec celle des Vosges et ses hétraies-sapinières abritant des rochers moussus, ou une autre rappelant la Corse et la Crête avec ses châtaigniers et autres chênes verts. Des sites divers comme les Gorges d’Héric, le hameau de Bardou, le Lac de l’Airette, le village d'Olargues, la chapelle Saint-Michel et le château de Mercoirol ou encore le Lac de Vezoles nous ont ainsi révélé une part de leurs secrets …


Lande sommitale à callunes

     L’ascension du Caroux peut-être réalisée par des parcours variés empruntant soit des itinéraires « officiels » bien balisés ou d’autres marqués d'un point de peinture beaucoup plus sauvages et qui se faufilent entre les arbres et les rochers. En ce qui nous concerne, le choix s'est porté sur une large boucle combinant les deux types de tracés au départ de Colombières-sur-Orb. L’itinéraire emprunte les Gorges de Colombières que l’on remonte jusqu’au gîte de La Fage en passant à proximité des maisons troglodytes. On suit alors le GR7 qui permet d’atteindre la vaste chaume sommitale. On poursuit en direction des tourbières de la Lande que l’on franchit sur des passages aménagés, en s’orientant ensuite vers le refuge de Font Salesse. On bifurque alors vers Peyre Grosse, d’où on entame la descente par le Ravin des Drayes où coule le Torrent d’Albine. On rejoint ainsi notre point de départ après 5-6h et un dénivelé cumulé de 850 m environ.

Avril 2012

Quelques photos du secteur sont proposées ici et d'autres illustrant la flore .
Et un itinéraire détaillé est disponible ici.