123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

vendredi 22 novembre 2013

Pointe de l'Echelle, Dent Parrachée, Dôme de l'Arpont (Vanoise)


     Les courses d’alpinisme se pratiquent ordinairement à la journée, au départ d’un refuge atteint la veille ou en mettant à profit la présence éventuelle de remontées mécaniques. Rien n’empêche cependant d'enchaîner successivement plusieurs sommets pour effectuer alors des parcours plus conséquents. A l’instar d’autres massifs, la Vanoise offre cette possibilité, notamment en début de saison quand la neige est encore bien présente. Des courses considérées en bonne part comme caillouteuses présentent alors un caractère mixte plus accusé et le niveau de difficulté s’en trouve par endroits significativement augmenté. Ainsi, au départ de Pralognan-la-Vanoise, une sortie d’alpinisme dont le denivelé positif cumulé atteint 4500 m pour une cotation allant jusqu'à AD permet d’effectuer en 3 jours une incursion en Maurienne depuis la Tarentaise. Pour ce faire, on gagnera la Brèche de la Croix de la Rue pour atteindre le sommet de la Pointe de l'Echelle par son l'arête nord, avant de rejoindre le Vallon d’Aussois. La Dent Parrachée, troisième sommet de la Vanoise après la Grande Casse et le Mont Pourri, sera gravie le deuxième jour avant d'effectuer le troisième jour la traversée des Dômes du Génépy pour accéder au Dôme de l’Arpont.


Mont Pourri et Grande Casse, depuis les Glaciers de la Vanoise

     Il était initialement prévu de passer la nuit au refuge de Péclet-Polset mais la météo capricieuse en a décidé autrement. Le départ de Pralognan-la-Vanoise fut donc matinal et la progression dans le vallon de Chavière s’effectue à mesure que le soleil inonde le Glacier de Gébroulaz. La traversée des alpages du Ritort permet de gagner la Brêche de la Croix de la Rue afin d’entamer la progression sur l’arête Nord de la Pointe de l’Echelle (3422 m). Très belle vue sur les Glaciers de la Vanoise depuis le sommet avant de descendre sous le Col de la Masse pour gagner le fond du vallon et remonter ensuite au refuge de la Dent Parrachée. Nous allons y passer près de 3 jours, abreuvés par les histoires aussi variées que cocasses de son gardien Franck. Départ le lendemain pour la Dent Parrachée (3697 m) sous une brume qui ne se dissipera malheureusement que par intermittence. Néanmoins, la neige bien présente rend optimales les conditions de progression. Retour par le couloir pentu de la Brêche de la Loza avant d’affronter un orage de grêle l’après-midi. Grand beau - enfin - le 3e jour pour rejoindre le Dôme de l’Arpont (3599 m) en empruntant le Passage de Rosoire. Et après la descente, une halte bien méritée au refuge du Roc de la Pêche avant de regagner le village.


Une sélection de photos illustrant ce trek est visible ici et un topo détaillé est proposé .

Juin 2008


dimanche 10 novembre 2013

Grotte de Spy (Hesbaye)

     Evoquée précédemment, la Grotte de Spy est un site remarquable situé au Bois de Bètche aux Roches en Hesbaye namuroise sur les hauteurs de l'Orneau. C'est là que furent découverts à la fin du XIXe siècle des ossements d'hominidés remontant à près de 40.000 ans. Cette découverte constitue un maillon important dans la reconnaissance d'une lignée humaine plus ancienne que celle de l'Homme moderne (Homo sapiens): l'Homme de Néandertal (Homo neanderthalensis). Celui-ci vécut en Europe et en Asie durant plus 200.000 ans pour disparaître ensuite, pour des raisons encore inexpliquées (infection, compétition, ...) à la fin du Paléolithique moyen voici près de 30.000 ans. S'ouvrant par un large porche, la grotte est facilement accessible par un itinéraire balisé traversant le Bois de Bètche aux Roches. Celui-ci est constitué majoritairement de feuillus (Chêne pédonculé, Erable champêtre, ...) même si les résineux sont bien présents par endroits (Pin sylvestre, Mélèze, ...). Au printemps, le sous-bois est envahi par les Jonquilles, Anémones des bois et autres Sceaux de Salomon.


Grotte de Spy

     Rien n'empêche cependant de profiter des divers sentiers qui jalonnent le secteur pour alterner durant 2-3 heures bois et prairies, l'itinéraire offrant ça et là de belles perspectives. Pour ce faire, on emprunte depuis le parking la piste qui pénètre en forêt. Après 500 m environ, on la quitte vers la gauche pour descendre un chemin étroit et qui deviendra très pentu. Avant de rejoindre la piste située en contrebas, on s'oriente à droite pour atteindre par une trace souvent glissante l'entrée de la grotte. Ensuite, on remonte le chemin principal pour gagner le sommet du rocher par un passage exposé. On rebrousse chemin et on poursuit sur la piste pour gagner le bas du vallon et les berges de l'Orneau. A la sortie de la forêt, on emprunte un sentier vers la gauche qui monte en ligne droite dans le Bois des Golettes. On rejoint une petite route que l'on suit vers la droite pendant 200 m avant de regagner à nouveau à droite la forêt et redescendre vers les prairies situées près du Moulin de Govet. Après le pont, on remonte à droite le sentier encaissé pour regagner la piste, puis le parking.

Une sélection de quelques photos illustrant cette sortie est visible ici.

Novembre 2013