123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

jeudi 26 décembre 2013

Grand et Petit Geroldseck (Vosges du Nord)

     Classés « Monuments historiques » depuis plus d’un siècle, les châteaux du Grand et du Petit Geroldseck ont été érigés respectivement aux XIIe et XIIIe siècles. Ils sont situés au Sud de Saverne dans les Vosges du Nord, à près de 500 m d’altitude sur la crête dominant la pleine d’Alsace. Devenus au XVe siècle un repère de chevaliers brigands, l’ensemble fut détruit par le duc Nicolas de Lorraine et le comte palatin Frédéric I. On accède au Petit Geroldseck, dont il ne subsiste essentiellement que le donjon, par un escalier en pierre. Le Grand Geroldseck, plus étendu, occupe une large plate-forme à laquelle on accède également par un escalier menant au pied du donjon, le logis et les autres pièces étant situées en contrebas. Les ruines, dont la mise en valeur est assurée par une association, peuvent être atteintes rapidement au départ du château du Haut Barr situé 500 m plus au Nord et accessible par la D171 venant de Saverne.

Grand Geroldseck sur les hauteurs de la Plaine d'Alsace

     Après la météo peu clémente - c'est un euphémisme - à laquelle nous avons été confrontés lors de l’ascension du Grand Ballon, la situation ne paraissait guère plus engageante à notre arrivée aux abords de Marmoutier. Fort heureusement, la situation s’est progressivement améliorée et le soleil a finalement fait de belles apparitions en cours de journée, nous gratifiant d’une chaude luminosité automnale. L’itinéraire en boucle a permis, en 300 m de dénivelé et 10 km environ, de rejoindre les châteaux en quelques heures en n’omettant pas de passer par la Grotte et la Tour du Brotsch. La première est utilisée comme site d’escalade présentant de nombreuses voies de 5c à 8b+. La seconde est située au sommet du Brotschberg (542 m). En grès rose, elle mesure 16 mètres de hauteur et fut érigée en 1897 par le Club Vosgien, à l’instar de la Tour Julius construite au sommet du Climont.

Décembre 2013


mercredi 25 décembre 2013

Grand Ballon (Vosges Granitiques)

     Aisément reconnaissable par la présence d’un radar de l’aviation civile, le Grand Ballon est le plus haut sommet du Massif vosgien, culminant à 1424 m d’altitude. A l’instar du Hohneck qui ne lui cède qu’un peu moins de 100 m, il peut être atteint facilement à partir de la Route des Crêtes. Cette voie qui s'étire approximativement sur 80 km, du Col du Bonhomme au Nord-Ouest au Col du Silberloch au Sud-Est, ceinture en effet en partie le sommet. Le Grand Ballon peut donc être rejoint rapidement au prix d’un modeste dénivelé de 200 m environ en partant du Col du Haag (1233 m) situé vers l’Ouest, voire se réduire à moins de 100 m si le départ a lieu au Col du Grand Ballon (1343 m) situé vers le Nord. Il s’agit alors plus d’une promenade familiale que d’une randonnée à proprement parler. Mais rien ne vous empêche d’en effectuer l’ascension depuis un autre lieu situé plus bas dans les vallées, en quittant ça et là les sentiers pour remonter par les prairies et emprunter par endroits de jolis chemins de crête.

Sommet du Grand Ballon


     Initialement, le Grand Ballon représentait en cette fin d'année l’objectif d’une sortie « raquette ». Cependant, après l’épisode neigeux du mois de novembre, l’important redoux qui suivit laissait planer quelque doute. A la vue qu’offrait au loin le sommet, il fallut rapidement se rendre à l’évidence : hormis quelques plaques çà et là, la neige avait bien déserté les lieux. Ce sera donc de la rando ! Départ sous un beau soleil et une douceur presque printanière, mais c’était sans compter sur les aléas de la météo. En effet, en dépit des prévisions, le ciel se chargea progressivement, la brume envahit les hauteurs et le vent gagna en force pour atteindre les 80 km/h. Inutile de dire qu’après avoir atteint le sommet, en veillant tant bien que mal à nous maintenir debout, nous avons rapidement entamé la descente par un sentier verglacé sur près d’un kilomètre. Progression heureusement plus tranquille par la suite et brève halte dans un refuge du Club Vosgien pour pique-niquer - enfin - à l'abri. La montagne reste la montagne …

Décembre 2013