123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

samedi 25 janvier 2014

Gorge de Martsalo (Crète)

     A l'inverse de la Gorge de Rouvas située à l'intérieur de l'île et que l'on remonte en direction des sommets, l'aride Gorge de Martsalo (Φαράγγι Του Μάρτσαλου) se parcourt en suivant le fond du ravin pour rejoindre la Mer de Libye. Située au Sud du Monastère d'Odigitrias et ayant constitué de tout temps un lieu d'ermitage, on y accède par une piste longue de 5 km environ et de praticabilité moyenne. Elle mène à une chapelle surplombant la gorge où l'on peut stationner. De là, en empruntant un parcours aménagé, on entame la descente qui conduit à la chapelle troglodyte Panagia Martsaliani dont on peut visiter les moindres recoins moyennant une lampe. Creusée dans la roche, elle pourrait avoir été construite sur une ancienne tombe. Les recherches archéologiques ont en effet révélé la présence sur le site de traces d'occupation minoenne remontant à plus de 1500 ans avant notre ère.

Palmiers de Théophraste (Phoenix theophrasti)

     De la chapelle, on entame la descente vers le fond de la gorge par la rive gauche du ravin. On y trouve regroupés par endroits, comme formant une petite oasis, des palmiers considérés comme endémiques : les Dattiers de Crète. Des cairns indiquent alors le trajet à suivre pour se frayer un chemin parmi la végétation d'oliviers, de caroubiers et de lauriers roses. On atteint alors la plage de galets à l'ombre des Tamaris à petites fleurs et où gambadent quelques chèvres. On emprunte au retour le même itinéraire qui nous ramène à la chapelle située sur les hauteurs de la gorge après 200 m de dénivelé, 5 km et 3 h environIdéalement, cette partie Sud de l'île considérée comme sub-désertique se parcourera en dehors des périodes estivales, permettant d'éviter non seulement les fortes chaleurs mais aussi - et surtout - la grande foule qui se prête mal à la quiétude des lieux.

Octobre 2010