123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

mercredi 12 novembre 2014

Lac de Bambois (Condroz)

     Dénommé le « Grand Etang » ou encore « Li Grand Vèvî » en patois local, le lac artificiel de Bambois remonte au Moyen-Age. Ce plan d’eau d’une surface de près de 40 ha est alimenté au Sud-Ouest par le ruisseau de la Belle Eau, aux eaux acides provenant de sources situées dans une zone forestière de l’Ardenne Condruzienne. Le ruisseau des Bons Enfants qui l’alimente au Nord-Est prend quant à lui sa source en terrain agricole. Dans les années ’50, le tourisme s’y est fortement développé et la halte ferroviaire de Bambois-Plage voyait débarquer une foule nombreuse. Des terrains de camping ont également vu le jour aux abords du site mais la surfréquentation et l’absence d’infrastructure adéquate a conduit une trentaine d'années plus tard à une importante pollution. Il faudra attendre les années ’90 pour voir se développer un programme de réhabilitation et de gestion durable. Le lac et les forêts sont maintenant inscrites en zone Natura 2000 et de nombreuses espèces d’oiseaux nicheuses ou migratrices y sont recensées. Son intérêt est également entomologique et botanique.


Lac de Bambois

     Du secteur aménagé pour le public, volontairement restreint et situé à l’écart des zones d’intérêt biologique, 2 itinéraires de promenade de 5 et 10 km environ parcourent les bois et les champs entourant le Lac de Bambois. Un parcours non balisé a cependant été privilégié lors de cette sortie automnale, même s’il rejoint par endroits les tracés de promenade ou accompagne temporairement le GR125. Le point de départ est situé à Bambois-Plage, sur l’ancienne ligne de chemin de fer désaffectée et maintenant intégrée au réseau de voies lentes (RAVel) praticable à pied ou à vélo. L’itinéraire chemine dans le Bois l’Abbé, ainsi nommé en raison de son appartenance à l’Abbaye bénédictine Saint-Gérard de Brogne située à quelques kilomètres au Sud-Est et fondée au Xe siècle. Au monument érigé à la mémoire de 2 officiers français décédés en 1940, il amorce un retour vers le lac qu’il rejoint par son extrémité Sud. Des chemins souvent détrempés en cette période mais une luminosité exceptionnelle et, cerise sur le gâteau, la possibilité d’observer le Héron cendré et la Grande Aigrette.


Novembre 2014

Quelques photos de la sortie sont proposées ici.