123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

samedi 10 septembre 2016

Pointe de la Galise, par le col et l'arête Sud (Alpes Grées)

     Située sur la frontière italienne comme la Becca du Lac et bien d'autres, la Pointe de la Galise est une course qui fut fréquentée à une époque, puis tombée dans l'oubli avant de renaître à nouveau de ses cendres. Difficile de trouver une explication à cela car il s'agit d'une belle sortie d'initiation à l'alpinisme lorsqu'on réalise la sortie par la voie normale empruntant le Glacier de Bassagne. Elle présente un attrait supplémentaire, même si les choses se compliquent quelque peu, lorsqu'on l'aborde par l'arête rocheuse. Outre le fait que certains passages sont exposés, il faut être vigilant en raison d'un rocher qui n'est pas toujours de bonne qualité, certains blocs se révélant particulièrement instables. Idéalement, la sortie débute au refuge de Prariond qui nous avait déjà hébergé avant l'ascension de la Grande Aiguille Rousse. Dans le cas présent, des problèmes d'organisation liés notamment aux prévisions météo nous ont contraint à un départ très matinal de Bourg-Saint-Maurice.


Génépi des glaciers sur l'Arête Sud de la Pointe de la Galise

     Départ donc sous la lune du Pont St-Charles pour gagner le refuge, où nous prenons le temps d'avaler un café et de manger un bout de pain. Les lampes frontales sont déjà bien visibles en direction de la voie normale. Ayant opté pour l'arête Sud, nous gagnons d'un bon pas le Col de la Galise qui s'ouvre sur le versant italien où le soleil pointe le bout du nez. On entame alors la traversée de l'arête en veillant à rester au maximum sur le fil, ce qui nous vaut quelques jolis pas d'escalade. Le Genépi est abondant par endroits mais sa cueillette est interdite, Parc de la Vanoise oblige. Dommage ! N'ayant pas trainé en chemin, nous dépassons finalement le groupe parti le matin du refuge au moment où nous rejoignons la fin de la voie normale. Au retour, on entame la descente par l'arête droite du glacier, un pied en France, l'autre en Italie, avant de tomber nez-à-nez avec une harde de bouquetins. Arrivée au refuge pour une omelette au lard bien méritée. Que la montagne fut belle en cette fin d'été ...

Quelques photos de la flore et de la faune sont proposées ici.

Août 2016