123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

samedi 23 juillet 2016

Mont de Baulmes (Jura)

     De retour dans le Jura vaudois, nous décidons de parcourir à nouveau les Aiguilles de Baulmes que nous avions déjà traversées précédemment en bonne part dans la brume. Nous espérions cette fois profiter de conditions plus clémentes et ce fut en partie le cas. En effet, même si les nuages se sont obstinément accrochés sur les divers sommets, notamment le Suchet et le Chasseron voisins, le soleil s'est montré généreux par moments. Pour varier les plaisirs, l'idée était d'emprunter un itinéraire permettant de suivre intégralement la crête jusqu'au Mont de Baulmes. Bien que celui-ci soit facilement accessible en voiture, quel dommage de ne pas profiter de ce joli coin du Jura pour effectuer un parcours pédestre plus étendu. De plus, en ce début d'été, la flore est bien présente, tant en forêt que sur la crête, variant ainsi les espèces en fonction de leur affinité pour le substrat et l'exposition.


Mont de Baulmes sur fond de Chasseron

      Le parcours débute au Sud de Sainte-Croix, d'où on entame une montée progressive en forêt agrémentée de quelques traversées d'alpages. La pente se raidit ensuite et le sentier chemine parmi les fleurs pour gagner, face au Suchet, la croix ornant le sommet des Aiguilles de Baulmes. Vient ensuite le cheminement le long de la crête en direction du Mont de Baulmes. Un court passage cablé mène à la grotte de la Cave noire dans laquelle on peut s'aventurer par un goulot de plus en plus étroit. Prévoir un éclairage et laisser les sacs de côté, sans ça ... Le retour sur la crête permet de gagner le point de vue du Mont de Baulmes et son panorama étendu sur la plaine et le village en contrebas, ainsi que le Lac de Neuchâtel et les Alpes au loin. Une nouvelle traversée d'alpage en profitant comme à l'accoutumée des portiques permet de regagner la piste et enfin le point de départ après 6h environ.

Juillet 2016

Quelques photos de la flore sont proposées ici et un itinéraire détaillé .


mercredi 13 juillet 2016

Belvédère de la Cendrée par les Echelles de la Mort (Jura)

     Initialement, nous devions revenir l'hiver dernier dans le Jura pour en poursuivre la découverte lors de randonnées en raquettes, comme ce fut le cas notamment au Suchet, au Creux du Vent et au Mont Tendre. Un gros imprévu nous ayant contraint d'annuler en toute dernière minute, c'est finalement au début de l'été que nous nous sommes retrouvés pour quelques jours aux abords de la frontière franco-suisse. Et pour bien commencer, la première sortie passait par les Echelles de la Mort situées en aval du Lac de Biaufond. Bigre ! En réalité, cette appellation prenait tout son sens voici 2 siècles à l'époque de la contrebande. De nos jours, le franchissement de la falaise s'effectue en effet par un escalier sécurisé d'une centaine de marches qui permet de gagner un point de vue sur cette partie encaissée de la vallée. L'itinéraire ravira les amateurs d'orchidées qui jalonnent le tracé en cette saison.


La Cendrée depuis l'alpage des Ellavines

      Plusieurs parcours sont possibles, depuis la simple remontée des échelles suivie d'un retour par un chemin annexe, jusqu'à une boucle plus large qui mène au Belvédère de la Cendrée, voire au-delà. C'est cette option qui fut retenue, permettant de varier les paysages en parcourant forêts et alpages, tantôt en dominant le Doubs, tantôt en le longeant, parfois même au plus près. A certains endroits, une flore typique des terrains calcaires, comprenant notamment l'Hélianthème nummulaire et l'Orchis pyramidalpeut être observée. L'itinéraire ne présente pas de difficulté, même si la prudence est requise par endroits de la part des personnes sujettes au vertige. De plus, l'étroit sentier longeant la rivière, jonché de racines et de cailloux, sollicite abondamment les chevilles. Le dénivelé et la distance restent néanmoins modestes, ce qui permet de parcourir les 10 km du tracé en quelques heures.

Juillet 2016

Quelques photos d'orchidées sont proposées ici et un itinéraire détaillé .



dimanche 10 juillet 2016

Schneeberg (Vosges Gréseuses)

     Au nord du Massif des Vosges s'élève le Schneeberg, à quelques encablures d'un axe reliant grossièrement le Rocher de Mutzig, la Cascade du Nideck et le Grand Ringelberg. Ce sommet, qui culmine à près de 1000 m d'altitude, est facilement accessible depuis les proches fermes du Schneeberg à l'Ouest, les maisons forestières de Wangenbourg au Nord ou du Nideck au Sud, ou encore le Col des Pandours à l'Est. La présence du Lottelfels (ou "Rocher qui bouge") en fit un lieu de jugement à l'époque mérovingienne. Une table d'orientation, un refuge non gardé à proximité et un dénivelé modeste constituent des éléments supplémentaires qui font de ce sommet un endroit qui peut être fort fréquenté en saison estivale.


Wangenbourg depuis les contreforts du Schneeberg

     Du Col des Pandours, le tracé le plus direct emprunte la route forestière du même nom. On la quitte après une poignée de kilomètres seulement pour remonter un étroit sentier vers la gauche. Il rejoint le refuge du Schneeberg pour atteindre ensuite les quelques marches menant au sommet. Il est néanmoins possible de s'écarter de cet itinéraire en effectuant une large boucle par le Nord ou par le Sud en direction des fermes du Schneeberg. Profitant d'un bref séjour dans le massif et en dépit d'une météo mitigée, nous avons décidé de parcourir à nouveau ce secteur des Vosges gréseuses. Comme nous avons pu le constater, il regorge encore de coins sauvages, pour peu que l'on s'écarte des sentiers balisés ...

Quelques photos illustrant la sortie sont proposées ici.

Juillet 2016