123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

La Vanoise ou le retour aux sources


     Sauf erreur, notre première véritable expérience de la montagne remonte à plus de 25 ans, poussés sans le savoir par un élan qui nous amena en Vanoise et plus précisément à Pralognan. En effet, originaire du plat pays, le plus simple aurait été de nous arrêter en Suisse ou dans le Massif du Mont-Blanc que l'on ne découvrira en fait que bien plus tard. Nous avons donc fait nos premiers pas en montagne lors de deux brefs séjours en début d’été, en particulier en prenant la direction du refuge qui s’appelait alors Felix Faure. Sac à dos en tissu à armature apparente pour le transport des boîtes de conserve, repas du soir réchauffé à même les tables dans le vieux refuge en pierre, ... Bref, peu de rapport avec les pratiques actuelles.


Grande Casse et voie normale des Grands Couloirs (Vanoise) - 1984
     Ensuite, plus rien. Ou plutôt une longue et presque totale infidélité qui nous a conduits d’abord dans les Pyrénées, que nous avons parcourues d’Ouest en Est et inversement. Même si elle n'est pas la seule, cette région, et en particulier la sauvage Ariège, représente un endroit révé pour les bivouacs itinérants, comme celui qui nous a conduit autour des Lacs d'Orlu. Ce fut aussi le temps des premiers cramponnages sur le Glacier d’Ossoue au pied du Vignemale.


Réserve naturelle de Néouvielle (Pyrénées) - 1990
     Petit crochet ensuite par le Mercantour où nous ne nous sommes guère attardés, faute de connaître vraiment la région. Plusieurs passages appréciés par l’Auvergne et les Monts du Cantal agrémentés de levers aux aurores pour l'observation de la faune. Puis remontée progressive vers le Nord en direction des Ecrins, où nous avons là aussi sortis les crampons à l’une ou l’autre occasion, notamment lors de l'ascension du Pic de Neige Cordier ou de l'Aiguille du Goléon. Il nous reste cependant à (re)découvrir ce massif tant les possibilités sont nombreuses.


Lever de soleil sur le Dôme de Neige (Ecrins) - 2004
     Quelques séjours ensuite aux abords du Mont-Blanc - découvert donc assez tard pour une raison qui nous échappe - et qui furent l’occasion de réaliser de grandes randonnées, en particulier dans le Massif des Aiguilles Rouges, mais aussi quelques belles courses d’alpinisme, notamment le Tacul, les Arêtes de Rochefort et même la tentative d'ascension du toit de l'Europe, avortée en raison des conditions météo.


Au sommet des Dômes de Miage (Mont Blanc) - 2006
     Enfin, toujours sans raison apparente, retour à Pralognan-la-Vanoise après 20 d’absence. Les séjours se sont alors multipliés à raison de plusieurs par an en toutes saisons. Le secteur a donc été arpenté de long en large à pied, en raquettes ou en crampons. L’idée a dès lors germé de faire partager ces découvertes en couchant sur papier ou par le biais d’autres moyens de diffusion, non seulement des itinéraires classiques ou plus originaux mais aussi des informations diverses relatives à l’histoire, la géologie, la flore,… Le coin regorge de multiples richesses et il reste encore beaucoup à découvrir, même si nos pas nous amènent souvent à parcourir d'autres massifs entre Hesbaye et Vanoise …