123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

lundi 4 mars 2013

Mont Blanc du Tacul (Mont-Blanc)


     Ces dernières années, nos courses d’alpinisme se sont déroulées principalement en Vanoise et dans des massifs voisins comme les Alpes Grées. Nul doute qu’en procédant de cette manière, le palmarès ne s’est guère étoffé en sommets de plus de 4000 m, même si certains comme le Mont Pourri (3779 m) ou encore la Grande Casse (3855 m) ont permis de nous en approcher quelque peu. En ce qui concerne les plus hauts sommets et pour des raisons diverses, les Arêtes et Aiguille de Rochefort (4001 m) représentent sans aucun doute un des souvenirs les plus marquants. A cela s’ajoute bien entendu le Mont-Blanc dont l’ascension fut stoppée à près de 4500 m aux Rochers Rouges en raison d’une météo démentielle. Et en remontant un rien dans le temps, le premier 4000 a être gravi fut le Tacul (4248 m), le premier des 3 Monts. La course peut se pratiquer à la journée en empruntant le téléphérique qui conduit à l’Aiguille du Midi en moins de 30 min au départ de Chamonix. Le denivelé est de 1000 m environ et le sommet offre une vue imprenable sur le massif du Mont-Blanc et ses abords. La course peut-être poursuivie à partir de l'épaule du Tacul en direction du Maudit puis du Mont Blanc mais il convient alors de prévoir un départ de nuit depuis le refuge des Cosmiques.

Face Nord du Tacul, voie normale d'ascension

     Le Tacul est une course de neige considérée comme peu difficile mais qui peut s’avérer dangereuse en raison de la possible chute de séracs. De plus, sa face présente un caractère avalancheux et il faut donc être particulièrement attentif au conditions qui ont prévalu le(s) jour(s) précédent(s). Du parking payant situé à proximité de la gare téléphérique, la cabine nous amène au Plan de l'Aiguille (2317 m) d'où on est conduit, après un changement de benne, à l'Aiguille du Midi (3842 m). A la sortie, on emprunte un dédale de couloirs qui nous amènent sur une plate-forme extérieure d’où démarre le parcours. On commence par descendre l’arête Nord-Est qui peut paraître impressionnante aux novices. On progresse ensuite sur le plateau en s’orientant vers le Sud-Ouest en direction du Col du Midi. On gravit alors progressivement la face en contournant de grosses crevasses jusqu’à atteindre l’épaule. On remonte celle-ci vers le Sud-Est pour rejoindre le sommet (4248 m) après un cours passage rocheux. Le retour se fait par le même itinéraire et, du plateau, 300 m de montée seront alors nécessaires en fin de parcours pour rejoindre l’Aiguille du Midi. Il faut alors être vigilant en raison du croisement de nombreuses cordées qui descendent l’arête en fin de matinée.

Septembre 2006