123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, le Beaufortain, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, le Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

jeudi 7 novembre 2019

Mont d'Or (Jura)

     Faisant face au Suchet et à la Dent de Vaulion qui s'élèvent dans le canton de Vaud par-delà la frontière suisse, le Mont d'Or constitue avec ses 1463 m le point culminant du département du Doubs. Il s'oriente globalement du Nord au Sud en présentant deux faciès bien différents : à l'Ouest, une pente qui s'élève doucement parmi les alpages et les forêts; à l'Est une falaise abrupte de plus de 100 m qui domine le Col de Jougne au nord-Est et la ville vaudoise de Vallorbe située plus au Sud. Le secteur (à ne pas confondre avec le Mont Dore dans le Massif central) se prête à la pratique du ski par la présence de remontées mécaniques. Et il n'est pas inutile de rappeler que le Mont d'Or, c'est aussi un fromage réputé produit en fin de saison de part et d'autre de la frontière.


Sommet du Mont d'Or dominant la vallée

     Comme dans nos souvenirs le Mont d'Or était synonyme de station de ski, il n'entrait pas dans nos intentions de nous y rendre pour randonner. Mais un examen rapide de la carte montra que, si le domaine skiable s'étend bien vers le Nord, il n'en est pas de même de la partie Sud qui s'avère plus sauvage. Nous partirons donc des hauteurs de Rochejean pour stationner près d'une ferme d'alpage. Direction la Suisse, en partie contraint par la chasse ouverte sur le versant français comme l'indiquent divers panneaux, ce qui nous incite à la prudence. La brume est omniprésente rendant en certains endroits la visibilité particulièrement réduite. Nous finirons par la surmonter à l'approche du sommet pour admirer la mer de nuage qui recouvre la vallée. A refaire ...

Grange Authier, Dent de Vaulion, chalet du CAS, cairn sommital, la Coquille

Octobre 2019

dimanche 3 novembre 2019

Cirque de Consolation (Jura)

     Il s'agit là d'une des nombreuses reculées présentes dans le Jura et qui correspondent à des échancrures, souvent terminées par un cirque, dans le plateau calcaire constitué de sédiments datant de 150 millions d'années environ. Des traces d'occupation humaine remontant à l'Age du bronze (de 3000 à 1000 ans avant notre ère) ont été retrouvées dans la Grande Grotte située près de la source du Lançot. Plus récemment, au XVIIe siècle, un monastère fut érigé à l'entrée du cirque. Désaffecté au XIXe siècle et transformé en séminaire, ses bâtiments sont actuellement utilisés pour divers évènements culturels et religieux et son parc aménagé comprend un arboretum. Le site attire ainsi de nombreux visiteurs mais il se prête également aux activités sportives comme l'escalade, la via ferrata ou la randonnée sur des chemins balisés.


Cirque de Consolation depuis la Roche du Prêtre

     Une première visite fut effectuée en fin d'été, en bonne part sous la pluie. Les conditions rendaient les sentiers glissants, quand ils n'étaient pas tout simplement devenus presque impraticables en raison d'une épaisse couche de boue. Aussi, nous profitons d'une accalmie automnale pour revenir arpenter quelques sentiers délaissés lors de notre précédent passage. La météo est à nouveau incertaine mais nous éviterons néanmoins la pluie. Les couleurs sont résolument de saison et une harde de chamois nous accueille brièvement, ajoutant encore à la magie des lieux. Les échelles métalliques et les nombreux câbles qui équipent certains passages ne sont pas sans rappeler le tracé emprunté pour gagner le Belvédère de la Cendrée. Le dénivelé reste modeste et avoisine les 650 m si vous décidez de vous rendre aux divers belvédères présents sur le site.


Vire câblée, harde de chamois, échelle, Grande Grotte, cascatelle sur le Dessoubre 

Octobre 2019