123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, le Beaufortain, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, le Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

lundi 28 avril 2014

Grande Glière et Grande Casse (Vanoise)

     La première ascension de Grande Casse, sommet emblématique du Massif de la Vanoise dont elle constitue le point culminant (3855 m), remonte à 1860. Pour cela, il aura fallu à l'anglais William Mathews et ses acolytes tailler plus de 1000 marches, dont près de 800 à la hache. Fort heureusement, le matériel dont on dispose actuellement permet d'y accéder de manière plus aisée. Ainsi, après une première ascension par la Voie Normale effectuée l'année précédente, c'est par la Face Nord que nous décidons de la gravir, après avoir réalisé la veille l'ascension de sa proche voisine, la Pointe de la Grande Glière. On y jouit en effet d'un panorama exceptionnel sur la Grande Casse, qui en révèle ainsi une physionomie bien différente selon les angles de vue. Les voies d'accès à ce sommet sont donc multiples, depuis l'itinéraire classique des Grands Couloirs qui représente une course de difficulté modérée, pour un dénivelé de 1400 m environ et une pente atteignant 45° par endroits. Le Couloir Messimy et les voies parcourant la Face Nord sont en revanche d'un niveau technique supérieur, la pente pouvant atteindre 60° pour le Couloir des Italiens voire plus pour d'autres itinéraires.

Grande Glière et Grande Casse depuis le Grand Bec

     Selon un schéma itinérant que nous renouvellerons par la suite en direction de la Dent Parrachée et de la Grande Ciamarella, le parcours débute en fin d'après-midi par une montée au refuge des Barmettes accessible en 1h environ depuis les Fontanettes (1660 m). Soirée paisible dans une des chambres puis départ matinal pour gagner le Lac des Vaches, remonter vers le Glacier Sud, atteindre la Col de la Glière qui s'ouvre sur le Vallon de Champagny et entamer la partie rocheuse en direction du sommet (3392 m). Ensuite, retour sur le glacier puis longue descente par le Col des Schistes pour rejoindre le refuge du Col de la Vanoise. Le lendemain, départ en longeant le Lac Long vers le Glacier de la Grande Casse que l'on remonte pour assister au col au lever du jour par delà la Grande Motte. Ensuite, c'est 1/4 de tour à droite pour remonter les pentes dans une neige très molle en raison d'un mauvais regel nocturne. Après le sommet (3855 m) que l'on rejoint en suivant l'arête, retour par les Grands Couloirs, descente aux Barmettes pour un bon repas, saut dans la voiture aux Fontanettes et remontée vers le Nord après 3200 m environ de dénivelé positif. A peine arrivé, déjà reparti ...

Grande Glière et Grande Casse depuis les vallons de Champagny et de la Glière

Juin 2007



lundi 21 avril 2014

Grande Hulle (Condroz)

     Cela faisait trois jours que le temps était annoncé maussade alors que, en guise de réplique, le soleil se montrait plus que généreux. Et ce matin, pas un nuage mais des orages prévus en fin de journée. Vite, emparons-nous du sac pour y mettre ce qui passe sous la main - eau, pomme, barre de céréales et saucisson - puis direction le Condroz pour une randonnée sur les hauteurs de la Meuse. Cette sortie, comme d'autres avant elle (Marche-les Dames, Bètche aux Roches, Bellin, Villers, pour n'en citer que quelques-unes), s'inscrit dans un souhait de passer en revue ce qu'il reste de vastes zones boisées dans un secteur largement dominé par les écosystèmes agricoles. Dans le cas présent, il s'agira de parcourir la Grande Hulle (mot d'origine germanique désignant une colline) en direction des 7 Meuses, au sein de ce qui se nomme l'Ardenne condrusienne, la nature géologique du sous-sol étant en effet semblable à celle de l'Ardenne.


La Meuse depuis la Couleuvrine

     Le point de départ choisi, il restera à définir en chemin comment organiser au mieux un tracé en boucle sur une quinzaine de kilomètres. La configuration des lieux s'avèrera idéale pour combiner sentiers non balisés, chemins de promenade et GR126, le tout saupoudré d'un zeste de "Camino de Santiago de Compostela". L'itinéraire est varié, alternant larges pistes forestières et étroits sentiers à la pente parfois soutenue. Les paysages ne sont pas en reste, le parcours étant agrémenté çà et là de jolis points de vue sur la vallée mosane. Profitant d'une belle luminosité printanière, la flore, y compris quelques orchidées et diverses fougères, se révèlera bien présente en bordure des chemins tandis que la Fauvette à tête noire, l'Orvet et le Pic épeiche seront également au rendez-vous, les orages n'éclatant finalement qu'en soirée. Quelques années plus tard, un parcours un rien différent sera emprunté l'hiver dans une ambiance givrée ...


Belvédère de la Sibérie, Orchis mâle, Orvet, Chemin de Compostelle, GR126
Avril 2014 & Décembre 2018