123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

samedi 12 août 2017

Col et Pointe des Fours (Vanoise)

    A l'Est des glaciers de la Vanoise, non loin du Col de l'Iseran, la Pointe des Fours domine le col, le vallon et le refuge du même nom. Elle se dresse parmi plusieurs sommets qui, bien qu'avoisinant les 3000 m, sont relativement faciles d'accès. Ainsi, elle peut être gravie sans trop d'effort au départ du Manchet, au Sud de Val d'Isère. Et si l'on souhaite réduire davantage la difficulté, l'ascension peut débuter au Pont de la Neige, entre le Col de l'Iseran et Bonneval-sur-Arc, le dénivelé ne dépassant pas les 550 m. Le tracé offre alors, dès le départ, une très belle perspective sur les sommets de Haute Maurienne qui ne nous sont pas totalement inconnus. En partant du hameau de l'Ecot située un peu plus au Sud, nous avons en effet eu l'occasion de gravir successivement les Pointe Francesetti, Grande Ciamarella et Albaron lors d'un mémorable périple de 3 jours.


Lac du Grand Fond depuis le Col des Fours

     Du petit parking situé en bord de route, on emprunte le sentier qui se dirige vers le Sud et traverse le ruisseau des Illards. On s'engage alors dans le vallon en direction de 2 lacs, reliques des anciens glaciers de la Jave et du Fond. On contourne le 1e par la gauche pour remonter vers un replat, d'où on aperçoit le 2e lac en contrebas. La montée se poursuit à flanc en direction du Col des Fours, d'où on gagne la Pointe des Fours par une sente bien marquée. Au retour, nous profiterons de la neige encore bien présente pour descendre plus directement vers l'itinéraire emprunté à la montée. Et les zones dépourvues de neige nous offrirons l'occasion d'observer quelques belles espèces florales, comme la Pétrocalle des Pyrénées et le Cresson de chamois. Qui dit 3000 d'apparence facile dit souvent forte fréquentation mais nous n'étions heureusement qu'en début de saison ...

Juillet 2017

mercredi 9 août 2017

Crêt du Rey (Beaufortain)

    Le massif du Beaufortain a ceci de particulier qu'il comporte des nombreux alpages en pente douce et se prête donc à merveille, moyennant les précautions d'usage, au vagabondage en dehors des itinéraires établis. Nous en avions fait l'expérience précédemment en montant au Mont Rosset et la Roche de Corne Noire. Retour cette fois sous la Crête du Faillé afin de prolonger, en direction du Crêt du Rey, l'itinéraire emprunté précédemment. Il s'agira donc d'élargir la boucle initiale pour gravir ce sommet qui fait face à la Pointe de la Portette, par-delà le torrent du Cormet d'Arêches. Pour y parvenir, le départ à souvent lieu au Refuge de la Coire mais il est également possible d'entamer l'ascension à Plan Pichu, voire à Pré Jeune, ce qui fait osciller le dénivelé respectivement entre 500 et 900 m. Selon l'itinéraire choisi, le parcours empruntera la variante du GRP - Tour du Beaufortain sur une distance plus ou moins longue.


Crête de la Raisse sur fond de Crêt du Rey

     Comme lors de notre précédent passage dans le secteur, la traversée de Granier était entravée par des travaux de voirie. Il a donc fallu se faufiler par les pistes forestières où un véhicule 4x4 n'aurait pas été inutile. En avançant parfois à pas d'homme, nous arrivons finalement à bon port. Départ sous un franc soleil pour gagner le Lac de la Gouille. La progression se poursuit dans les alpages par une trace qui faiblit petit à petit pour finalement disparaître complètement. A vue, par une pente herbeuse devenue brusquement soutenue, nous gagnons le ressaut final que l'on franchit pour atteindre le sommet. Un vaste panorama s'étend alors du Mont-Blanc aux principaux sommets de la Vanoise en passant par ceux du Beaufortain et les Alpes Grées. Le retour s'effectue à nouveau par les alpages en direction de la Crête du Faillé pour gagner la Chapelle St-Guérin et le sentier botanique riche en espèces diverses.

Juillet 2017