123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

lundi 15 août 2016

Fondry des Chiens (Calestienne)

     La Calestienne est une région géologique de Belgique. Elle s'étend au Sud de la Fagne-Famenne en une bande étroite de quelques kilomètres mais longue de plus de 100 km et qui déborde légèrement sur le territoire français. Elle se caractérise par un sol calcaire résultant de dépôts remontant à ± 400 millions d'années et soumis par endroits à une importante érosion karstique par dissolution des roches. Le Fondry des Chiens en constitue un remarquable exemple. Cette cavité naturelle d'une vingtaine de mètres de profondeur, qui fut exploitée dès l'époque gallo-romaine pour en extraire le minerai de fer, bénéficie actuellement du statut de réserve naturelle. Comme au plateau des Abannets qui s'étend immédiatement au Nord et à la Roche Trouée au Sud dont les traces d'occupation par l'Homme remontent au Paléolitique, les pelouses calcaires qui s'y développent abritent un végétation thermophile et xérophile comprenant notamment plusieurs espèces d'Orchidées. Plus de 50 espèces de papillons ont également été recensées dans le secteur ainsi que 3 espèces de chauves-souris.


Fondry des Chiens

     Le Fondry des Chiens est facilement accessible au départ d'un parking situé sur les hauteurs du village de Nismes et constitue donc un site qui peut être très fréquenté. L'escalade y est interdite en raison de divers accidents survenus dans le passé. Des sentes chaotiques circulent néanmoins dans la partie basse du gouffre, à mi-chemin par endroits entre randonnée avec les mains et spéléologie. La visite peut être de courte durée si l'on se limite strictement à ce site mais comme il s'inscrit dans un domaine beaucoup plus vaste, les possibilités de randonnée sont multiples. En visitant le secteur à plusieurs reprises, nous avons en effet emprunté à chaque fois des tracés différents. Ainsi par exemple, il est possible au départ de Nismes de parcourir successivement les Abannets pour gagner ensuite le Fondry des Chiens et rejoindre enfin la Roche Trouée. L'occasion nous a été donnée de retrouver nombre d'espèces des pelouses calcaires que l'on rencontre notamment au Parc de Furfooz et à la Montagne de Ranzinelle comme la Globulaire allongée ou l'Ail à tête ronde.  A découvrir, sans aucun doute ...

Quelques photos illustrant la sortie sont proposées ici.

Août 2016

jeudi 11 août 2016

Le Cheslé (Ardenne)

     Désignant un château sur un rocher, le Cheslé abrite un oppidum celte qui fut occupé du VIIIe au VIe siècle avant notre ère. Dominant l'Ourthe à 330 m d'altitude, le site s'étend sur un promontoire de près de 750 m de longueur, à deux méandres de rivière au Nord du Hérou. Il est entouré d'un rempart aux murs construits en pierres sèches et bénéficie en outre de la protection naturelle offerte en plusieurs endroits par les fortes pentes qui le séparent de l'Ourthe serpentant en contrebas. Inscrit au Patrimoine majeur de Wallonie, le site fait l'objet campagnes de fouilles et de reconstitutions depuis 1960. Il est accessible par divers sentiers, une partie du tracé étant agrémentée de divers panneaux didactiques.


Le Cheslé

     Sans savoir que la visite du site nous ramènerait à l'Age du fer, nous avions opté pour cette sortie en nous basant, après la lecture de la carte, sur la configuration des lieux : un promontoire étendu, cerné pratiquement de tous côtés par les méandres de l'Ourthe. L'accès le plus évident consiste à partir du village de Bérisménil au Nord. Nous avons cependant opté pour un tracé plus varié qui associe en effet de larges pistes et d'étroits sentiers, certains longeant l'Ourthe au plus près, d'autres offrant depuis les hauteurs de belles perspectives sur la vallée. Fleurs, fougères et papillons sont bien présents sur l'ensemble de l'itinéraire, que l'on peut parcourir en une demi-journée dans un grand silence, hormis le bruit de l'eau.

Quelques photos illustrant la sortie sont proposées ici.

Août 2016

mercredi 10 août 2016

Le Hérou (Ardenne)

     En début d'été, l'idée nous est venue d'effectuer une petite incursion en terre ardennaise, une région que nous avons abondamment arpentée de nombreuses années auparavant. Le choix s'est porté sur le Parc naturel des deux-Ourthes. S'étendant sur près de 80.000 ha, il couvre notamment les roches schisteuses les plus anciennes de Belgique qui remontent au début du Paléozoïque il y a plus de 350 millions d'années. Ainsi, après avoir parcouru le Plateau des Tailles au Nord, une vaste zone marécageuse érigée en réserve naturelle à plus de 600 m d'altitude, ce fut au tour du Hérou qui domine les méandres de l'Ourthe. Cet éperon rocheux de phyllades s'étire sur 1 500 m environ et atteint une hauteur 80 m. Il figure sur la liste du patrimoine exceptionnel de la Région wallonne et est classé en zone Natura 2000.


Cuivré commun (Lycaena phlaeas) sur fond d'Ourthe

     Le site est facilement accessible en aller-retour depuis le plateau s'étalant à 350 m d'altitude. Mais il est également possible de le parcourir en effectuant une boucle qui n'excède pas 2h et qui emprunte en partie le GR57. L'itinéraire ne présente pas de difficulté hormis quelques passages en léger dévers ou un rien plus pentus. Ainsi, on peut amorcer la descente au départ de la petite Chapelle d'Ollomont. On longe ensuite la rivière et on remonte enfin vers le rocher du Hérou et le sentier François Rémy, d'où on jouit d'une large vue sur les méandres de l'Ourthe. La flore est bien présente sur les rochers (Callune, Genêt à balais, Mélampyre, ...) ainsi que le long du cours d'eau (Balsamine des bois, Salicaire, Grande Lysimaque, ...). En route maintenant pour le Cheslé, un méandre plus au Nord ...

Quelques photos illustrant la sortie sont proposées ici.

Août 2016

mercredi 3 août 2016

Source de la Loue et Gorges de Nouailles (Jura)

     Le Doubs prend sa source dans la Forêt de Noirmont, à près de 950 m d'altitude et à un jet de pierre de la frontière franco-suisse. Quant à la Loue, un de ses affluents, elle sort de terre 35 km plus au Nord et 400 m plus bas. D'une vaste grotte qui s'ouvre sur plusieurs dizaines de mètres au pied d'une imposante falaise, la Loue s'écoule dans les Gorges de Nouailles, une vallée karstique encaissée résultant de l'érosion de roches calcaires du Jurassique datant de 150 millions d'années environLes deux cours d'eau sont en réalité plus intimement liés qu'on ne pourrait le penser puisque la Loue constitue une résurgence du Doubs. Les deux sites, agrémentés de panneaux didactiques, sont aisément accessibles en voiture puisque quelques centaines de mètres à pied tout au plus suffisent pour les rejoindre au départ des parkings voisins. Et avec un peu d'attention, vous pourrez y observer le Cincle plongeur.


Gorges de Nouailles

      Au risque de se répéter, rien n'empêche de considérer la Source de la Loue comme un objectif de randonnée, certes modeste, et non comme une simple promenade. Pour cela, rien de plus simple : il vous suffira d'emprunter le GR595 et sa variante qui longent la rivière, respectivement en rive gauche et en rive droite, afin d'effectuer un parcours en boucle qui serpente en forêt dans les Gorges de Nouailles. Hormis quelques passages glissants, le tracé ne présente pas de difficulté particulière. Alternant courtes montées et descentes sur une dizaine de kilomètres, l'itinéraire permet d'observer les nombreuses petites cascades qui se succèdent le long de la rivière. Au passage, il vous sera possible de pénétrer dans la Grotte des Faux Monneyeurs, à laquelle on accède par une échelle métallique. Le point de départ sera rejoint après 4h environ pour un dénivelé positif cumulé avoisinant les 500 m.

Avril 2013

Quelques photos illustrant la sortie sont proposées ici.