123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

Les grands rapaces de montagne


     Les parcs nationaux se caractérisent par la richesse de leur flore et de leur faune, notamment l’incontournable bouquetin dont la protection est à l’origine de la création du Parc de la Vanoise il y a plus de 50 ans. A côté des rapaces communs comme la Buse variable figurent d'emblématiques espèces diurnes comme l’Aigle royal et le Gypaète barbu, qui font également l’objet de mesures de protection. A l’inverse de l’Aigle royal, que nous avons pu apercevoir près de la Dent du Villard (Vanoise), le Gypaète barbu avait disparu des Alpes françaises au début du XXe siècle. Il a été progressivement réintroduit dans l’arc alpin depuis la fin des années 80 et on en compte actuellement une vingtaine de couples. L'occasion nous a été donnée de l'observer près du Mont Miravidi (Alpes Grées) ou au Désert de Platé (Giffre).


Buse variable, Buteo buteo

     En dehors de ces espèces permanentes ou amenées à le devenir, on rencontre parfois, au hasard des randonnées, d’autres rapaces présents de manière plus transitoire. C’est ainsi que nous avons aperçu plusieurs spécimens d’un autre charognard, le Vautour fauve, lors d’une sortie aux Lacs de Forclaz (Beaufortain). Cette espèce grégaire, à la démarche pataude lorsqu’elle se déplace à même le sol, avait également disparu des Alpes. Elle a fait l’objet, voici quelques dizaines d'années, d’une réintroduction dans divers secteurs comme le Tarn, le Verdon, les Baronnies et le Vercors, qui représentent leurs quartiers d’hiver et leurs sites de reproduction. Plus récemment, c'est le Milan noir que nous avons pu observer au retour du Crêt de Chalam (Haut-Jura) et le Faucon pèlerin aux Aiguilles de Baulmes (Jura vaudois).