123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

Les malheurs du Bouquetin des Alpes


     Voici près de deux siècles, le Bouquetin des Alpes (Capra ibex) était en voie de disparition. Aussi, sa chasse fut-elle d'abord interdite sur le territoire du Grand Paradis avant que celui-ci ne fut déclaré Réserve Royale de Chasse en 1856 par le roi Victor Emmanuel II. C’est toujours dans le but d’assurer sa protection que fut finalement créé en 1922 le Parco Nazionale Gran Paradiso, suivi en 1963 par l'inauguration du Parc National de la Vanoise. Réintroduit ensuite dans plusieurs massifs (Vercors, Ecrins, Mercantour, …), sa population a alors fortement progressé pour atteindre plus de 8000 individus en 2005 dans l’ensemble des massifs français. Plus récemment, le bouquetin a été réintroduit en Chartreuse en provenance de Belledone et de Vanoise. En 2013, ce fut au tour des Hautes-Pyrénées et de l’Ariège pour remplacer les derniers spécimens du Bouquetin des Pyrénées disparus en France voici un siècle. Il s’agira cette fois de l’espèce ibérique (Capra pyrenaica) encore bien présente dans plusieurs régions d’Espagne et du Portugal.

Bouquetin des Alpes dans le Massif des Aiguilles Rouges

     Idyllique ? Ce serait sans compter sur les aléas de la Nature. Ainsi, rien qu’en Vanoise, la population a chuté de 2500 à 1500 individus entre 2005 et 2010. Plusieurs causes peuvent être avancées comme la rigueur de certains hivers, notamment en 2010, ou encore les nombreux cas de kérato-conjonctivite, une maladie infectieuse impliquant la bactérie Mycoplasma conjunctivae et qui peut conduire à la cécité. En cas d’importantes épizooties affectant des populations à forte densité, le taux de mortalité peut atteindre 30%. Et récemment, ce sont des cas de brucellose qui ont été rapportés dans le Massif du Bargy en Haute-Savoie et qui conduisent, pour l'heure, à l'abattage des individus de plus de 5 ans. Même si cette maladie, provoquée notamment chez les ovins et les caprins par la bactérie Brucella melitensis, est peu apparente, elle affecte néanmoins leur appareil reproducteur. Et c'est sans compter sur les autres maladies auxquelles ils peuvent être sujets et qu'ils peuvent transmettre à la faune domestique. Décidément, la vie de bouquetin est tout sauf un long fleuve tranquille …